Imprimante 3D classique, article imprimante 3D Junior ESTACA Paris Saclay Pierre Blanchet

La révolution de l’industrie : l’impression 3D

L’industrie de demain sera une industrie 4.0. C’est-à-dire que les machines interagiront entre elles pour fournir au client un produit personnalisé au maximum. Et cela sans pâtir sur la qualité de production ou même la rapidité.

Cette révolution technologique et de mode de pensée nécessitera l’utilisation toujours plus intensive d’une technologie qui se répand de plus en plus vite : l’impression 3D. Le fonctionnement de cette technologie est très simple : une buse en métal va chauffer un filament en plastique jusqu’à le faire fondre puis les moteurs et l’algorithme de l’imprimante vont amener ce plastique fondu aux endroit nécessaires pour construire l’objet. Celui-ci étant alors construit couche par couche. C’est une technique de fabrication dite additive.

Les avantages

L’impression 3D possède de nombreux avantages. Premièrement elle permet de créer physiquement un objet sans aucune perte. Théoriquement si l’imprimante 3D est bien paramétrée, il n’y a aucune raison que des pertes de matières arrivent lors de la production. Cela est un énorme avantage par rapport aux techniques d’usinage ou de production habituellement utilisées dans les usines.

De plus l’impression 3D ne possède pas vraiment de limites de conception. En effet avec des imprimantes 3D au gel (voir photo si dessous) la gravité n’empêche pas la construction des formes les plus improbables, le gel supportant le poids de la structure lors de sa solidification.

Imprimante 3D à gel, article imprimante 3D Junior ESTACA Paris Saclay Pierre Blanchet

L’impression 3D est une technologie qui avance très vite. Il est maintenant acquis que l’on peut imprimer du plastique très facilement mais ce n’est pas tout. Les technologies d’impression de métal, de bois, voir de céramiques se développe très vite et risque d’être industrialisable d’ici peu.

Enfin le coût de cette technologie ne fait que diminuer. Par exemple pour un particulier il est devenu tout à fait possible d’acquérir une machine de bonne qualité pour 250€, ce qui coutait il n’y a même pas quelques années un bon millier d’euros.

Les limites

Malgré tout, cette technologie n’est pas parfaite. En effet, et c’est un de ses principal défaut, imprimer un objet en 3D est très lent. On peut facilement mettre une journée d’impression pour un objet habituellement fait en une dizaine de seconde par pressage.

Cette limite rend toute production en série sérieuse très volumineuse, le nombre d’imprimantes 3D augmentant sensiblement dès que l’on veut un rythme soutenu.

Continuons sur le volume. Car en effet, il est simple de se rendre compte qu’imprimer un objet de 1m3 avec une précision de 0,1 mm (la norme pour les imprimantes à partir d’un prix de 250€) va prendre un temps énorme. La solution serait de baisser la précision de l’imprimante ou d’augmenter la vitesse de déplacement de la buse, voir de mettre plusieurs buses travaillant conjointement. Cela à cependant à son tour de multiples défauts (complexité du code, encombrement, perte en qualité).

Imprimante 3D grande, article impression 3D Junior ESTACA Paris Saclay Pierre Blanchet

La vision

Une chose est sûre, malgré les défauts qu’elle représente encore, l’impression 3D à de beaux jours devant elle. En effet sa plus grande force peut être de s’insérer pile au bon moment dans la société. Nous vivons dans une époque de prise de conscience écologique. Et l’impression 3D, avec sa limitation maximale des pertes ainsi que la possibilité de relocalisé la production dans les zones consommatrices offres un bel espoir. Celui de limiter les transports, d’optimiser la matière, et de permettre à chacun de construire les objets de ses rêves chez lui.

L’impression 3D est une partie de l’évolution vers une société plus consciente de son impact et plus créative.

Pierre Blanchet

Directeur des systèmes d’information

admin