Blog

Article Etat de l'Art, JEPS, en tête Non classé

Etat de l’art, ce que Junior ESTACA Paris-Saclay peut…

L’état de l’art, pourquoi faire ?

Afin de bâtir un projet ou une idée, il faut des fondations solides. En ingénierie ces fondations sont les acquis scientifiques et techniques, donc toute la connaissance d’un domaine de la recherche. Cela s’appelle l’état de l’art. Ces connaissances sont nécessaires pour savoir ce qui est déjà présent dans le monde de l’industrie, et donc, économiser du temps ou de l’argent en développement, ou ne pas proposer un produit sur un marché potentiellement saturé. 

Réaliser un état de l’art dans le domaine industriel, c’est effectuer une veille technologique, en se renseignant dans les revues, grâce aux brevets, et en sachant où et quoi chercher ! C’est ici que Junior ESTACA Paris-Saclay, Junior-Entreprise spécialisée dans le domaine des transports peut vous aider.

Ce que Junior ESTACA Paris-Saclay peut faire pour vous

Grâce à un parcours d’ingénieur complet en 5 ans, les élèves de l’ESTACA disposent d’une palette de connaissances scientifiques et techniques complète et approfondie, afin de déterminer rapidement où chercher l’information pour votre projet, et de vous éclairer sur les dispositifs existants à ce jour, leur fonctionnement, leurs limites et leurs évolutions. Nous pouvons aussi réaliser à l’aide de ces connaissances un historique du marché, et vous éclairer sur la situation actuelle des technologies au sein de l’industrie !

Nos connaissances s’étendent au monde des transports : Aéronautique, Automobile, Ferroviaire et Spatial, et à des domaines d’ingénierie généraliste : électronique, informatique, matériaux et structures, fluides, traitement du signal et de l’information, chimie, thermique, etc…

Quelques exemples de ce que nous pouvons réaliser pour vous

Nous avons déjà eu l’occasion de réaliser plusieurs états de l’art, comme par exemple l’analyse complète des techniques et du marché pour des outils de mesures de pneumatique, ou en encore la recherche d’informations techniques poussées sur les caractéristiques et performances de certains modèles d’aéronefs.

Une fois cette première étape effectuée, votre projet n’a plus qu’à démarrer, et Junior ESTACA Paris-Saclay est là pour vous accompagner !

Article Etude de Faisabilité-En avant-Junior-Estaca-Paris-Saclay Non classé

Pourquoi JEPS pour une étude de faisabilité ?

Étroitement liées à la quête d’innovation, les études de faisabilité ont toujours été un moment important dans la réalisation d’un projet. Abordant les questions de viabilité, de rentabilité, mais aussi de conditions de réalisation, cette étape s’est vite imposée comme un outil indispensable. 

En définitif, elle permet de justifier que les objectifs sont simples, matériels, ambitieux, réalistes et temporels (méthode S.M.A.R.T.) avec des conclusions qui s’appuierons sur les calculs réalisés, pour que vous puissiez mieux mesurer le retour sur l’investissement (ROI en anglais).

Vérification Catia

Par notre formation à l’ESTACA, les élèves ingénieurs peuvent aujourd’hui bénéficier de solides acquis dans la maîtrise des logiciels de CAO (Conception Assistée par Ordinateurs). Capables de modéliser virtuellement des pièces ou des assemblages, ces outils permettent d’analyser les résultats au cours de diverses simulations. 

Ces compétences sont utilisées chaque année pour la réalisation de différents projets à la fois intégrés au parcours scolaire mais aussi associatif. Nous pouvons citer par exemple le projet de première année du cycle ingénieur pour la filière aéronautique, consistant en la conception d’un aéronef.  Après la phase de conception vient celle de la faisabilité, permettant de s’assurer que le projet puisse répondre à un certain nombre de critères définis au préalable.

Analyse mécanique

Dans le cadre d’une étude analysant un nouveau type de moteur innovant, le consultant (étudiant en 1ère année du cycle ingénieur) a ainsi pu réaliser de nombreuses simulations tant bien avec des outils informatiques que scientifique. Utilisant entre autres ses compétences transmises en mécaniques des systèmes pour mener à bien ce projet, ce dernier a pu par la suite communiquer son analyse au client.

Avec près de 70% de nos enseignants ingénieurs étant encore en activité ainsi qu’un laboratoire d’expérimentations dans l’école (appelé le Fab Lab), les étudiants, enseignants, mais aussi chercheurs ont tous les outils nécessaires pour innover et concrétiser leurs projets. 

Pourquoi pas vous ?

Vous voulez en savoir plus sur les études de faisabilité ? Rien de plus simple, rendez-vous sur notre site pour demander un devis gratuitement ou prendre contact avec l’un de nos commerciaux ! Vous pourrez aussi trouver et consulter nos précédents articles pour en savoir plus sur nos domaines de compétences.

Auteur : Olivier Marcilhacy, Secrétaire Général, JEPS

Article compétences Scientifiques & Techniques-Junior ESTACA Paris-Saclay-Engine piston cross section Non classé

Les compétences Scientifiques & Techniques de JEPS

Les domaines scientifiques et techniques sont intimement liés à tous les projets que nous menons à bien. C’est d’ailleurs le cœur de métier des élèves ingénieurs de l’ESTACA. Tout au long de leur cursus d’ingénieur, ils vont étudier les sciences liées aux systèmes, aux fluides, aux matériaux ; avec des matières comme la mécanique des fluides, la mécanique des systèmes, la thermodynamique ou encore l’aérodynamique… Nous allons voir au travers de projets que nous avons déjà réalisés, dans quelle mesure nous pouvons vous aider.

Calculs d’efforts au sein d’un moteur

Dans le cadre de la création d’un nouveau type de moteur, nous avons été amenés à effectuer des calculs d’efforts engendrés par le fonctionnement de celui-ci. Le consultant a donc utilisé ses connaissances en mécanique et plus particulièrement en mécanique des systèmes pour mener à bien ce projet. Ceci a donc débouché sur une modélisation 3D afin de vérifier informatiquement les résultats. Vous pouvez consulter notre article CAO, ce que JEPS peut faire pour vous pour en savoir plus sur nos compétences dans ce domaine.

Mesures vibratoires sur drone sous-marin

Notre formation à l’ESTACA nous enseigne également la mécanique vibratoire. C’est ainsi qu’avec l’aide des enseignants chercheurs de l’école, nous avons pu mener des tests sur un système existant. Nous avons pu nous aider du matériel utilisé par les chercheurs pour analyser la vibration d’un drone sous-marin en fonction de la configuration du système, ou encore du choix d’hélice utilisée pour réaliser le test.

Création d’un accessoire pour malentendants

Grâce à nos compétences en électronique, plusieurs consultants ont pu réaliser un boitier permettant aux malentendants de connecter la plupart des appareils d’écoute à leur téléphone, en utilisant le Bluetooth. Ils ont donc dû prendre en compte les différentes caractéristiques des composants afin de créer un boitier fonctionnel et facile d’utilisation.

Ces quelques exemples de projets représentent une partie de notre savoir-faire en tant qu’ingénieur, pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter Nos Domaines de Compétences.

Pourquoi pas vous ?

Vous voulez en savoir plus sur nos compétences scientifiques et techniques ? Rien de plus simple, rendez-vous sur notre site pour demander un devis gratuitement ou prendre contact avec l’un de nos commerciaux !

article business informatique Junior ESTACA Paris-Saclay code Non classé

Informatique, ce que JEPS peut faire pour vous

L’informatique est une compétence essentielle et qui regroupe beaucoup de domaines. Cela va de la programmation à la simulation en passant par l’automatisation de tâches. Cela représente un grand nombre de compétences dans lesquelles les élèves de l’ESTACA peuvent vous aider dans vos projets. Voici ce que nous pouvons faire pour vous :

Programmation

Tous les élèves de l’ESTACA reçoivent des cours de programmation dans leur module informatique dès leur première année. Ceux-ci apprennent à être à l’aise avec plusieurs langages (C, C++, Java, Matlab, VBA). Ainsi, nous sommes à l’aise à la fois sur des langages orientés objet ou sur des langages plus classiques tel que le C. Nous apprenons toutes les notions inhérentes à la programmation et sommes régulièrement évalués sur celles-ci.

Nous avons eu l’occasion de faire des projets de programmation comme celui d’un jeu vidéo en C, ou encore la programmation d’un robot en Java. Ce dernier pouvait utiliser plusieurs capteurs et agir en fonction de ce que les capteurs recevaient.

Simulation

Nous avons également développé des compétences en simulation, celles-ci étant absolument nécessaires pour devenir ingénieur. Matlab est notre outil de prédilection. Nous savons coder et simuler beaucoup de systèmes sur Matlab. Nous avons par exemple eu l’occasion de simuler le fonctionnement d’un moteur électrique. Le logiciel prend tout son sens lorsqu’on le lie aux autres matières enseignées à l’ESTACA telles que la commande des systèmes ou la représentation OD. Cela nous permet en effet de schématiser sous Simulink (logiciel lié à Matlab) un système et d’en observer l’évolution au cours du temps ou les réactions à des stimuli.

Automatisation

Enfin nous savons également automatiser des tâches à l’aide de VBA. VBA est le langage de programmation derrière le Pack Office (Excel, Outlook, Word etc…). C’est un langage vraiment très pratique car il permet de lier toutes les applications d’office et de les faire interagir ensemble. Vous voulez automatiser la création d’une facture à l’aide d’un document Excel et que celle-ci s’envoie automatiquement à la bonne personne par mail ? Nous pouvons le faire à l’aide de nos compétences en VBA.

Pourquoi pas vous ?

Vous voulez en savoir plus ? Rien de plus simple, rendez-vous sur notre site pour demander un devis gratuitement ou prendre contact avec l’un de nos commerciaux !

article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image projet aéronautique 1 Non classé

CAO, ce que JEPS peut faire pour vous

De nos jours, dans la plupart des entreprises d’ingénierie, la CAO s’est imposée comme la méthode de conception par excellence. Fini les dessins à la main et les plans techniques incompréhensibles au commun des mortels. Celle-ci a constitué une révolution dans l’industrie, permettant à la fois plus de rapidité d’exécution, plus de précision, et une conservation des modèles dans le temps. Nous vous proposons donc, dans ces quelques lignes, de partir avec Junior ESTACA Paris-Saclay, à la découverte du champ des possibles en conception assistée par ordinateur.

Qu’est-ce que la CAO ?

Commençons par les bases ! La Conception Assistée par Ordinateur (CAD en anglais pour « Computer Aided Design ») est l’ensemble des logiciels et des techniques de modélisation permettant de concevoir et de tester virtuellement des produits manufacturés et les outils pour les fabriquer. Cela signifie que nous pouvons créer des objets, des pièces et même des assemblages que nous pouvons animer et faire bouger entre eux. Cela permet de faire des tests sans être dans l’obligation de créer un prototype qui serait beaucoup plus coûteux.

Pourquoi faire appel à Junior ESTACA Paris-Saclay ?

Tout au long de notre parcours en tant qu’élèves à l’ESTACA, les étudiants sont formés aux différentes techniques de modélisation par ordinateur sur de nombreux logiciels. Ils maîtrisent entre-autres, SolidWorks, Catia V5 et AutoCAD. Ils sont donc parfaitement à même de réaliser des pièces, des assemblages, des plans et de transcrire des plans manuscrits en plans informatiques et en pièces. De plus, grâce à notre partenaire Ferchau Engineering, nous disposons d’une licence commerciale Catia V5 sur laquelle nous pourrons réaliser tous vos projets !

Que pouvons-nous faire pour vous ?

Je vous propose maintenant un petit tour d’horizon de ce que nous savons faire à travers des projets réalisés par des étudiants de l’école. Le premier est le suivant : un groupe d’étudiants s’est vu confié la réalisation d’un marteau électropneumatique, uniquement à partir du plan ci-dessous.

article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image perceuse 1
article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image perceuse 2

Voici le résultat final avec une vue entière et une vue en coupe. L’objet est animé, les différentes pièces à l’intérieur bougent et permettent d’actionner virtuellement le marteau électropneumatique.

article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image perceuse 4
article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image perceuse 3
Crédits : Plans : ESTACA Pièce 3D :  Pierre Blanchet, Louise Cahuzac

Le second est le projet filière des étudiants de troisième année. Celui-ci consistait en la conception d’un aéronef. Voici plusieurs projets réalisés.

article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image projet aéronautique 1
Crédits : Pierre Blanchet, Louise Cahuzac, Emilien Bertrand, Kévin Hayon, Adrien Crémer.
article business Junior ESTACA Paris-Saclay Conception assistée par ordinateur image projet aéronautique 2
Crédits : Aubin Pahul, Hugo Pitiot, Baptiste Menanteau, Maxime Peter, Erwan Le Tron, Nicolas Pourcel

Pourquoi pas vous ?

Vous voulez en savoir plus ? Rien de plus simple, rendez-vous sur notre site pour demander un devis gratuitement ou prendre contact avec un de nos commerciaux !

Article CNE19 Junior ESTACA Paris-Saclay Non classé

CNE19 : 50 ans du premier mouvement étudiant de…

Le week-end dernier, l’équipe de Junior ESTACA Paris-Saclay (JEPS) a eu la chance de pouvoir participer au 100ème Congrès National d’Eté 2019 (CNE19) des Junior-Entreprises aux côtés de plus de 1300 participants venant d’écoles d’ingénieur, de commerce ou d’universités. Le lieu fixé pour le congrès le plus important jamais organisé était dans le très beau département de l’Ardèche, au village Pierre & Vacances du Rouret.

Le CNE19 n’était pas un congrès comme les autres car il marquait le cinquantième anniversaire du mouvement des Junior-Entreprises. Un mouvement pour rappel qui a été fondé en 1969 par 6 Junior-Entreprises des écoles de l’ESSEC, de l’ESC Amiens, de l’ESC Bordeaux, de l’ESC Montpellier de l’ESC Rouen ainsi que de CERAM Business School. Un mouvement qui s’est ensuite développé à l’international avec un regroupement européen (Junior-Enterprise Europe) et mondial.

Un des points forts de ce CNE19 était les différentes formations dispensées par la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE), par les partenaires du mouvement mais également par d’autres Junior-Entreprises expertes dans certains domaines. Le but de ces formations est de monter constamment en compétence et pérenniser l’image d’excellence qu’a le mouvement des Junior-Entreprises.

Dans ce même souci de pérennisation de la marque JE, le CNE19 a été l’occasion pour une partie des participants ainsi que toute l’équipe de JEPS de passer le premier test afin de devenir Auditeur-Conseil auprès de la CNJE. Une grande fierté pour l’équipe de JEPS car 70% des membres ont réussi la phase 1 et ont pu accéder à la deuxième phase de sélection des Auditeurs-Conseils.

Le CNE19 fut également un grand moment de cohésion entre Junior-Entreprises par le biais d’activités ou lors des deux soirées proposées par l’équipe de la CNJE.

Le moment le plus attendu de ce CNE19 était la soirée de gala, où a eu lieu la traditionnelle remise des prix. L’équipe de JEPS tenait donc à féliciter :

  • Skema Conseil Lille, pour le prix du Meilleur Accompagnement des Entrepreneurs
  • Skema Conseil Lille, pour le prix de la Meilleure Etude de Conseil
  • ESITC Etudes, pour le prix du Meilleur Espoir
  • IESEG Conseil Paris, pour le prix de la Meilleure Stratégie de Communication
  • SEIO-ESEO Junior-Entreprise, pour le prix de la Meilleure Etude d’Ingénierie

Nous présentons toutes nos félicitations à ETIC INSA Technologies qui remporte le prix d’Excellence 2019 et devient ainsi la première Junior-Entreprise de France.

Toute l’équipe de JEPS tenait à remercier tous les partenaires premium présents pour leur temps, leurs conseils et leurs formations pendant ce congrès. Merci à BNP Paribas, ALTEN, EY et Engie pour leur accompagnement sans faille du mouvement.

Un énorme merci à toute l’équipe de la CNJE pour l’importante organisation de cet événement et pour l’avoir rendu inoubliable.

Enfin sans qui ce CNE19 n’aurait pu avoir lieu, merci à l’ensemble des participants avec qui toute l’équipe de JEPS a passé de très bon moments de cohésion et de joie.

David, Président de Junior ESTACA Paris-Saclay

Non classé

Retour sur le congrès régional de printemps IDF 19

Il y a deux semaines, le samedi 30 mars 2019, l’ESTACA accueillait le Congrès Régional de Printemps des Junior-Entreprises d’Ile de France 2019. Un événement organisé par Junior ESTACA Paris-Saclay, la Junior-Entreprise de l’ESTACA et par EPF Projets Sceaux, la Junior-Entreprise de l’EPF.

Article congrès régional printemps Junior ESTACA Paris-Saclay Vue de l'ESTACA

Ce Congrès marquait le début de l’anniversaire des 50 ans du premier mouvement étudiant de France en rassemblant près de 670 participants.

Article congrès régional printemps Junior ESTACA Paris-Saclay hall rempli

L’objectif du congrès est tout d’abord de permettre aux participants d’assister à des formations très variées sur le monde des Junior-Entreprises comme sur le respect du cadre légal, sur la comptabilité, comment piloter sa structure ou encore sur les bases du développement commercial. Ces formations sont dispensées par les membres de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE). Certaines formations plus générales sont dispensées par les Partenaires Premiums de la CNJE, comme un atelier RH pour se préparer à un entretien par BNP Paribas, une autre cible la partie commerciale afin d’être performant devant un prospect par ALTEN, EY aide les Junior-Entrepreneurs à réaliser une présentation percutante et enfin ENGIE a pu aborder la diversité au sein d’une Junior-Entreprise. Des formations toutes aussi diverses qui peuvent être également données par des Junior-Entreprises.

C’est aussi l’occasion pour les participants de passer les premiers tests pour devenir Auditeur-Conseil de la CNJE et ainsi peut être contribuer à la pérennité de la marque Junior-Entreprise.

Des moments de détentes, en musique ont également ponctué le congrès avec des collations entre chaque formation, un déjeuner où l’ensemble des Junior-Entrepreneurs se sont réunis pour passer un moment convivial et pour apprendre à se connaitre entre différentes Junior-Entreprises, un réel moment de cohésion.

Différentes activités étaient aussi proposées comme une initiation au pilotage de drone avec l’association ESTACA Modélisme ou encore un Mario Kart grandeur nature où plusieurs Junior-Entreprises ont pu s’affronter dans une bataille de ballons.

Les congrès permettent de voir l’ampleur du mouvement des Junior-Entreprises, de networker, de se former, de rencontrer de nouvelles personnes et ainsi participer à l’émulation et la cohésion du mouvement.

Article congrès régional printemps Junior ESTACA Paris-Saclay Plenière Auditorium

L’équipe de Junior ESTACA Paris-Saclay souhaite tout d’abord remercier l’équipe d’EPF Projets Sceaux avec laquelle ce congrès n’aurait pu avoir lieu ainsi que la CNJE pour nous avoir fait confiance et soutenu dans l’organisation de ce congrès. Nous remercions également les partenaires premiums de la CNJE pour leur temps (BNP Paribas, ALTEN, EY et ENGIE) et les Junior-Entreprises qui ont dispensées des formations (Dauphine JC, EJE, Junior ISEP, PsyInsight, KSI, JEECE, Syner’Hetic, Skema Conseil Paris et JCS). Enfin nous remercions l’ensemble des participants, en espérant vous revoir lors du Congrès National d’été.

David, Président de Junior ESTACA Paris-Saclay

Hayabusa 2 article astéroides Junior ESTACA Paris Saclay Non classé

Les astéroïdes, le futur de l’économie ?

Le 22 février dernier, la sonde japonaise Hayabusa 2 s’est posée brièvement sur l’astéroïde Ryugu, à 4 milliards de kilomètres de la Terre, dans le but de collecter quelques grammes d’échantillons qui reviendront sur Terre en 2020, afin de nous en apprendre plus sur la création et l’histoire de notre univers.

Hayabusa hover article astéroides Junior ESTACA Paris Saclay

Cette mission lancée en 2014 par la JAXA, l’agence spatiale japonaise n’est pas la première à explorer des astéroïdes : Hayabusa 1 en 2010, et surtout la sonde Rosetta en 2015 nous ont permis de grandes avancées dans nos connaissances des astéroïdes. Hayabusa 2 se démarque pourtant par ses ambitions : celles de ramener des échantillons d’astéroïdes sur Terre, découvrir de l’eau et des formes de vie ailleurs loin de chez nous.

Mais au delà de l’aspect scientifique de l’exploration spatiale, de plus en plus d’agences spatiales et d’entreprises, comme Planetary Resources ou Deep Space Industry s’intéressent à l’exploitation économique de notre système solaire. 

En effet, les astéroïdes contiennent en effet un grand nombres de ressources minières, comme du platine, du fer, du nickel ou encore du cobalt. La NASA estime la valeur de ces minerais dans la ceinture d’astéroïdes à près de 700 trillions de dollars, soit 700 milliards de milliards. Cela représente pour l’humanité une quantité de ressources pratiquement illimitée pour des millénaires. En plus des ces ressources minières, les astéroïdes ou les planètes contiennent des ressources primordiales pour l’humanité : de l’eau en quantité importante est présente sur de nombreux corps de notre système, ainsi que des matériaux comme l’oxygène, l’hydrogène ou l’hélium 3, qui permettront aux futurs explorateurs de boire, respirer, fabriquer du carburant et de l’énergie dans d’éventuelles centrales à fusion nucléaire. 

Tous ces éléments contenus dans les astéroïdes seront autant de voyages en moins à faire sur Terre pour ravitailler les humains qui habiteront sur d’autres planètes. Cependant, de nombreux obstacles restent à franchir avant de pouvoir exploiter pleinement toutes ces mines spatiales.

astéroides smelter versteeg article Junior ESTACA Paris Saclay

Le plus important de ces défis est le coût d’exploitation de chaque astéroïde, qui serait miné en orbite lunaire : environ 2,6 milliards de dollars plus toutes les installations au sol et les vaisseaux pour un corps de 500 tonnes alors qu’un simple astéroïde comme Ryugu pèse près de 450 millions de tonnes. De plus, nos technologies ne seront pas mûres avant des décennies pour de telles entreprises, et de nombreux traités relatifs à l’exploration spatiale devront être revus.

Futur article astéroides Junior ESTACA Paris Saclay

Les mines spatiales est donc un projet ambitieux, mais qui nécessitera la collaboration de tous, afin de permettre à l’humanité de repousser encore une fois ses limites, et de sortir de son berceau, notre Terre.

Article de Nathan Pinson, Responsable qualité

Imprimante 3D classique, article imprimante 3D Junior ESTACA Paris Saclay Pierre Blanchet Non classé

La révolution de l’industrie : l’impression 3D

L’industrie de demain sera une industrie 4.0. C’est-à-dire que les machines interagiront entre elles pour fournir au client un produit personnalisé au maximum. Et cela sans pâtir sur la qualité de production ou même la rapidité.

Cette révolution technologique et de mode de pensée nécessitera l’utilisation toujours plus intensive d’une technologie qui se répand de plus en plus vite : l’impression 3D. Le fonctionnement de cette technologie est très simple : une buse en métal va chauffer un filament en plastique jusqu’à le faire fondre puis les moteurs et l’algorithme de l’imprimante vont amener ce plastique fondu aux endroit nécessaires pour construire l’objet. Celui-ci étant alors construit couche par couche. C’est une technique de fabrication dite additive.

Les avantages

L’impression 3D possède de nombreux avantages. Premièrement elle permet de créer physiquement un objet sans aucune perte. Théoriquement si l’imprimante 3D est bien paramétrée, il n’y a aucune raison que des pertes de matières arrivent lors de la production. Cela est un énorme avantage par rapport aux techniques d’usinage ou de production habituellement utilisées dans les usines.

De plus l’impression 3D ne possède pas vraiment de limites de conception. En effet avec des imprimantes 3D au gel (voir photo si dessous) la gravité n’empêche pas la construction des formes les plus improbables, le gel supportant le poids de la structure lors de sa solidification.

Imprimante 3D à gel, article imprimante 3D Junior ESTACA Paris Saclay Pierre Blanchet

L’impression 3D est une technologie qui avance très vite. Il est maintenant acquis que l’on peut imprimer du plastique très facilement mais ce n’est pas tout. Les technologies d’impression de métal, de bois, voir de céramiques se développe très vite et risque d’être industrialisable d’ici peu.

Enfin le coût de cette technologie ne fait que diminuer. Par exemple pour un particulier il est devenu tout à fait possible d’acquérir une machine de bonne qualité pour 250€, ce qui coutait il n’y a même pas quelques années un bon millier d’euros.

Les limites

Malgré tout, cette technologie n’est pas parfaite. En effet, et c’est un de ses principal défaut, imprimer un objet en 3D est très lent. On peut facilement mettre une journée d’impression pour un objet habituellement fait en une dizaine de seconde par pressage.

Cette limite rend toute production en série sérieuse très volumineuse, le nombre d’imprimantes 3D augmentant sensiblement dès que l’on veut un rythme soutenu.

Continuons sur le volume. Car en effet, il est simple de se rendre compte qu’imprimer un objet de 1m3 avec une précision de 0,1 mm (la norme pour les imprimantes à partir d’un prix de 250€) va prendre un temps énorme. La solution serait de baisser la précision de l’imprimante ou d’augmenter la vitesse de déplacement de la buse, voir de mettre plusieurs buses travaillant conjointement. Cela à cependant à son tour de multiples défauts (complexité du code, encombrement, perte en qualité).

Imprimante 3D grande, article impression 3D Junior ESTACA Paris Saclay Pierre Blanchet

La vision

Une chose est sûre, malgré les défauts qu’elle représente encore, l’impression 3D à de beaux jours devant elle. En effet sa plus grande force peut être de s’insérer pile au bon moment dans la société. Nous vivons dans une époque de prise de conscience écologique. Et l’impression 3D, avec sa limitation maximale des pertes ainsi que la possibilité de relocalisé la production dans les zones consommatrices offres un bel espoir. Celui de limiter les transports, d’optimiser la matière, et de permettre à chacun de construire les objets de ses rêves chez lui.

L’impression 3D est une partie de l’évolution vers une société plus consciente de son impact et plus créative.

Pierre Blanchet

Directeur des systèmes d’information

Article sécurité formule Junior ESTACA Paris Saclay Non classé

La formule 1 : une course à la sécurité

La Formule 1 n’est pas seulement une quête de la performance. En effet, au fil des années, la sécurité a elle aussi fait de grandes avancées. C’est ainsi que dans les années 1990, le système ABS (Anti Blocking System) a été mis au point suite aux recherches menées par les différentes écuries du plateau.

Le monde du sport automobile verra naître des évolutions majeures en termes de sécurité, notamment avec le HANS (Head And Neck Support), devenu obligatoire en Formule 1 en 2003, et qui est désormais utilisé dans de nombreuses disciplines. Ce système, accroché au casque du pilote, permet de maintenir la tête de celui-ci lors d’un impact, et de lui éviter le coup du lapin.

HANS_System_Formule1_Securite unior ESTACA Paris Saclay article sécurité

Dernièrement, le système de Halo a été mis en place pour protéger la tête du pilote, en plaçant un arceau de sécurité autour de sa tête (cf. Qu’est ce que le Halo en Formule 1 et à quoi sert-il ?).

Le 17 Mars prochain débutera la saison 2019 de Formule 1. Outre les changements de réglementations techniques qui vont prendre effet pour cette nouvelle saison, la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) a décidé de mettre en place un nouveau moyen d’accroître la sécurité des pilotes. Il s’agit de gants biométriques qui auront pour but de transmettre en temps réel des informations capitales relatives à l’état de santé des pilotes.

Lewis_Hamilton_Glove_Formula1 unior ESTACA Paris Saclay article sécurité

En effet, ceux-ci intégreront des capteurs permettant de déterminer le pouls du pilote ainsi que son taux d’oxygène dans le sang. L’objectif à terme est de pouvoir déterminer la température corporelle ainsi que le rythme respiratoire de celui-ci. Toutes ces informations seront transmises en temps réel à l’équipe médicale présente sur le circuit. Ces données seront capitales lors d’un crash par exemple, elles permettront à l’équipe d’intervention d’avoir des données sur l’état de santé du pilote avant même de pouvoir intervenir sur celui-ci. En effet, lors de gros accidents, le contact radio avec le pilote est souvent perdu, on ne connait donc pas forcément l’état du pilote.

Nous pouvons penser par exemple à l’accident subi par Fernando Alonso en 2016 à Melbourne où il a encaissé 46G au maximum du crash. La présence de ces capteurs aurait permis d’avoir un bilan de son état de santé de manière instantanée au moment de l’accident.

Fernando_Alonso_Crash_Melbourne_2016 Junior ESTACA Paris Saclay article sécurité

Dans le cas d’un accident où la voiture est totalement détruite, les gants biométriques doivent fonctionner en totale autonomie par rapport aux systèmes présents sur la voiture. Ceux-ci auront donc des batteries intégrées avec un système de charge par induction, ainsi qu’un système d’échange de données indépendant de celui de la voiture. Ainsi, les gants seront équipés d’un système Bluetooth amélioré avec une portée de 500m.

Ces données ne seront accessibles dans un premier temps qu’en piste par l’équipe médicale, et ne pourront être collectées par les équipes qu’au moment d’un passage au stand.

Le développement de ces capteurs a été rendu d’autant plus difficile qu’ils doivent être légers et qu’ils doivent être ignifugés pour respecter les normes de sécurité de la FIA. Les capteurs ne devraient donc pas mesurer plus de 3mm d’épaisseur et peser plus de 30g, ce qui est une prouesse technologique.

On peut donc conclure que la Formule 1 est un sport qui ne cesse de repousser les limites physiques, et qui met un point d’honneur à assurer la sécurité des pilotes engagés.