Article aviation Junior ESTACA Paris Saclay Falcon 5X

L’aviation d’affaires : le programme « Falcon 5X »

Cela fait maintenant plus d’un an que la société Dassault Aviation a annoncé l’arrêt de son programme « Falcon 5X ». Ce Jet d’affaires de 45 millions d’euros avait cependant entamé sa phase de vols tests depuis juillet 2017, avec un investissement d’un milliard d’euros dans ce nouvel appareil, un record dans ce secteur. 


Les prémices de l’aviation d’affaires

Caractérisant le transport d’un ou de plusieurs passagers sans but touristique, scientifique ou militaire, l’idée apparut durant l’entre-deux-guerres. En 1930, les regards se sont alors tournés vers le Beechcraft Staggerwing, mais il a fallu attendre l’arrivée des avions à réaction en 1960 pour assister au véritable envol de ce secteur. Trois années plus tard, Charles Lindbergh commanda 40 Dassault Mystère 20 et déposa 120 options pour le compte de la PanAm. 

Article aviation Junior ESTACA Paris Saclay Dassault Mystère 20
Article aviation Junior ESTACA Paris Saclay Beechcraft Staggerwing

De nos jours, trois grands groupes se jouent des coudes : Dassault Aviation (Français), Bombardier (Canadien) et Gulfstream (Américain), pour un marché regroupant 64% de la flotte en Amérique du Nord. Bien qu’il s’agisse d’un secteur méconnu, il s’est considérablement développé et diversifié. Pour chaque aéroport dédié aux avions de ligne, il existe une dizaine de terrains consacrés à l’aviation d’affaires, pouvant accueillir certaines catégories de jet. Elles sont au nombre de cinq triant les appareils en fonction de leurs performances (poids, rayon d’action, vitesse …).


L’annulation du programme « Falcon 5X »

Lancé en 2013, le Falcon 5X avait tout pour devenir la nouvelle star. Sa hauteur sous plafond atteignait 1,98 mètre, un record, et ses hublots était 10% plus grands que celui du Falcon 7X. L’innovation de cet appareil résidait dans ses commandes de vol mais aussi par son hublot zénithal, une première dans le secteur de l’aéronautique permettant de faire rentrer plus de lumière naturelle dans la cabine. 

Article aviation Junior ESTACA Paris Saclay hublot zénithal

Par contre, de nombreux retards avec Safran Engines (filiale de Safran) concernant son moteur « Silvercrest » devant équiper le Falcon 5X, n’ont rien arrangés. À l’évidence cela a été un mauvais coup porté à la réputation de ces deux groupes. Le pari de cet avion axé sur la taille de sa cabine aux dépens de son autonomie n’a cependant pas été totalement vain. Il a été annoncé que le programme « Falcon 6X » reprendra certaines caractéristiques du Falcon 5X, comme le diamètre de son fuselage, mais qu’il sera équipé des moteurs Pratt & Witney Canada.

Article aviation Junior ESTACA Paris Saclay Silvercrest

L’impact sur le marché

Des trois principaux constructeurs, aucun n’a échappé à cette période de crise en 2017 (licenciement, baisse des ventes …). Pourtant, à en croire les prévisions, ce secteur à de belles perspectives d’avenir. Sur les 9 500 aéroports dans le monde, moins de 500 sont desservis par des compagnies régulières, et quelque 3 400 jets d’affaires supplémentaires devraient compléter la flotte sur les 10 prochaines années. De quoi laisser la porte ouverte à de nombreuses nouvelles idées.

admin