Hayabusa 2 article astéroides Junior ESTACA Paris Saclay

Les astéroïdes, le futur de l’économie ?

Le 22 février dernier, la sonde japonaise Hayabusa 2 s’est posée brièvement sur l’astéroïde Ryugu, à 4 milliards de kilomètres de la Terre, dans le but de collecter quelques grammes d’échantillons qui reviendront sur Terre en 2020, afin de nous en apprendre plus sur la création et l’histoire de notre univers.

Hayabusa hover article astéroides Junior ESTACA Paris Saclay

Cette mission lancée en 2014 par la JAXA, l’agence spatiale japonaise n’est pas la première à explorer des astéroïdes : Hayabusa 1 en 2010, et surtout la sonde Rosetta en 2015 nous ont permis de grandes avancées dans nos connaissances des astéroïdes. Hayabusa 2 se démarque pourtant par ses ambitions : celles de ramener des échantillons d’astéroïdes sur Terre, découvrir de l’eau et des formes de vie ailleurs loin de chez nous.

Mais au delà de l’aspect scientifique de l’exploration spatiale, de plus en plus d’agences spatiales et d’entreprises, comme Planetary Resources ou Deep Space Industry s’intéressent à l’exploitation économique de notre système solaire. 

En effet, les astéroïdes contiennent en effet un grand nombres de ressources minières, comme du platine, du fer, du nickel ou encore du cobalt. La NASA estime la valeur de ces minerais dans la ceinture d’astéroïdes à près de 700 trillions de dollars, soit 700 milliards de milliards. Cela représente pour l’humanité une quantité de ressources pratiquement illimitée pour des millénaires. En plus des ces ressources minières, les astéroïdes ou les planètes contiennent des ressources primordiales pour l’humanité : de l’eau en quantité importante est présente sur de nombreux corps de notre système, ainsi que des matériaux comme l’oxygène, l’hydrogène ou l’hélium 3, qui permettront aux futurs explorateurs de boire, respirer, fabriquer du carburant et de l’énergie dans d’éventuelles centrales à fusion nucléaire. 

Tous ces éléments contenus dans les astéroïdes seront autant de voyages en moins à faire sur Terre pour ravitailler les humains qui habiteront sur d’autres planètes. Cependant, de nombreux obstacles restent à franchir avant de pouvoir exploiter pleinement toutes ces mines spatiales.

astéroides smelter versteeg article Junior ESTACA Paris Saclay

Le plus important de ces défis est le coût d’exploitation de chaque astéroïde, qui serait miné en orbite lunaire : environ 2,6 milliards de dollars plus toutes les installations au sol et les vaisseaux pour un corps de 500 tonnes alors qu’un simple astéroïde comme Ryugu pèse près de 450 millions de tonnes. De plus, nos technologies ne seront pas mûres avant des décennies pour de telles entreprises, et de nombreux traités relatifs à l’exploration spatiale devront être revus.

Futur article astéroides Junior ESTACA Paris Saclay

Les mines spatiales est donc un projet ambitieux, mais qui nécessitera la collaboration de tous, afin de permettre à l’humanité de repousser encore une fois ses limites, et de sortir de son berceau, notre Terre.

Article de Nathan Pinson, Responsable qualité

admin